Appel à communication Colloque “Poétiques de la poussière, expériences des frontières”

The Milky Way Center Aglow with Dust (NASA)

Colloque organisé par Cécile Brochard (MCF Littératures comparées, Nantes Université, LAMO) et Anne Gourio (MCF Littérature française, Université de Caen-Normandie, LASLAR)

Université de Caen-Normandie, les 5 et 6 octobre 2023.

Voir l’appel en ligne sur Fabula

Lors de la journée d’études inaugurant le projet « Matières poétiques. L’élémentaire en poésie moderne et contemporaine »[1], nous avons interrogé les supports matériels du poème, entre inscription et effacement, rêve de pérennité et labilité. Au cœur de ces tensions, un état particulier de la matière, la poussière, a retenu notre attention tant il concentre les paradoxes engagés par cette réflexion sur la matérialité poétique.

À la limite de l’immatérialité, la poussière inscrit le poème dans le monde de l’ambiguïté, de la frontière, du seuil, la matière dispersée pouvant tout aussi bien signifier l’anéantissement par la pulvérisation que la dissémination fertile. Cette ambigüité de l’imaginaire pulvérulent se double d’une équivocité de l’expérience, entre visible et invisible, présence et absence, matérialité et immatérialité, physique et métaphysique. Bachelard a montré que l’expérience de la poussière met l’homme « sur le chemin d’une connaissance de l’impalpable et de l’invisible »[2] : contrairement aux thèses bergsoniennes qui font découler notre organisation verbale et intellectuelle de notre expérience usuelle d’un monde de solides aux caractéristiques géométriques, l’expérience de la poussière tantôt invisible tantôt perçue dans un rai de lumière ne relève plus du monde géométrique mais du monde chimique et métaphysique.

            Cette observation d’un « passage à la limite »[3], qui fait de la poussière l’état (méta)physique de l’entre-deux, se double d’un statut élémentaire ambigu : la poussière est-elle terre décomposée, cendres, vapeur ? La symbolique joue de l’équivocité selon qu’il s’agit d’une poussière terreuse, image de la lente décomposition et de l’ensevelissement ; des cendres nées d’une catharsis fulgurante par le feu ; de l’eau en suspension, vapeur, brouillard opacifiant ; de la matière dispersée par l’air, dissémination qui peut être fertile comme les vents de sable d’Afrique fertilisant l’Amazonie, mais aussi asséchante, comme les vents qui soufflent sur les morts déposés au sommet des tours du silence. Les rites funéraires témoignent parfaitement de ces variations symboliques où la poussière produite par l’ensevelissement, la crémation ou l’assèchement, permet l’expérience d’un « espace-temps tiers entre être et néant », un « espace de la séparation qu’institue l’imaginaire »[4].

            Si la poussière offre une lecture métaphysique si riche, c’est aussi que l’imaginaire occidental la dote d’un sens sacré qui la relie consubstantiellement à l’homme, et déploie sa portée philosophique et métaphysique à l’échelle individuelle et collective. C’est l’âge baroque qui en fait l’image de la vanité et de la précarité de l’existence humaine ; c’est aussi, trois siècles plus tard, Paul Valéry lorsqu’il écrit, devant l’apocalypse subie par l’Europe, que « toute la terre apparente est faite de cendres, que la cendre signifie quelque chose »[5], tandis que T.S. Eliot déploie peu après sa terre vaine dans ce même horizon : « I will show you fear in a handful of dust »[6]. Vanité d’une vie humaine comme d’une civilisation : au même titre que le spectre analysé par Jacques Derrida, poussières et cendres semblent exprimer poétiquement une « logique de la hantise », une « hantologie » visant à « rendre présents »[7] les restes, quitte à refuser dans le même temps à la poésie toute possibilité testimoniale[8].

Dispersion d’une unité perdue, telle serait la condition de la poésie de la modernité et en somme la modalité sous laquelle la réalité s’offre désormais à elle. Sans doute l’analyse scientifique de la matière n’y est-elle pas étrangère, ainsi que le note Octavio Paz : « la antigua materia, por su parte, perdió consistencia y fue […] realidad, que se disemina sin cesar y sin cesar se reúne consigo misma. Si la materia se escindió en átomos y en partículas de partículas, ¿qué decir de la conciencia? »[9]. Ce sens de l’éparpillement, de l’épars et du discontinu propre à l’ère moderne pourrait bien devenir « le signe d’une multiplicité impensable, la preuve de l’absurde », Jean-Pierre Richard l’analysant à l’aune « d’une intime cassure d’être »[10]. Mais un renversement se fait jour au cœur de ces poétiques qui peuvent aussi déployer toutes les formes infimes de la matière : embruns, pollens, flocons ou graines, « [l]a dispersion devient semaison, l’éclatement éclat » et la poussière se fait aussi « principe dynamique de création »[11]. Par sa volatilité, elle peut dans cette perspective interroger les territoires, tantôt signalant les résidus d’un ancrage à la terre perdue, tantôt inscrivant la poésie dans une forme de nomadisme, de refus de la territorialité.

            La poussière, c’est peut-être enfin la poésie elle-même, du « Chant d’ombre » de Léopold Sédar Senghor, « [c]e chant constellé de l’éclatement des comètes chantantes »[12], « aux mots en poussière rendus à ce qui scintille » pour André du Bouchet ou au « résidu [âcre] de ce brasier, de cette fumée, de ce jet de pierres vers l’autre »[13] qu’est l’écriture poétique pour Jacques Dupin. En convoquant la poussière jusqu’à lui être consubstantielle, la poésie s’inscrirait-elle elle-même dans un statut frontalier propice à faire l’expérience d’un entre-deux, d’un travail du langage aux frontières entre composition et décomposition ?

            Le colloque « Poétiques de la poussière, expériences des frontières » propose d’examiner ce réseau imaginaire et ses implications formelles dans les poésies française et étrangères des XXe et XXIe siècles. Toutes les aires géographiques, culturelles et linguistiques sont accueillies. Si la poussière est ici appréhendée comme un seuil, un passage, une frontière, il sera possible d’aborder ceux-ci dans des perspectives diverses :

  • Historique et culturelle : des tragédies du XXe siècle (« Au lendemain de la Libération, la poésie est hantée de matières désagrégées »[14]) à leur réactivation aujourd’hui dans un contexte de péril écologique, certains facteurs historiques ou environnementaux ont aiguisé l’essor de ce réseau d’images : poussières, cendres, « sable des urnes » (Celan) ont saisi la conscience collective. Quelles en sont les implications dans les relations entre poésie et mémoire ? comment la mémoire subsiste-t-elle quand elle tend vers la cendre ou la poussière ?
  • Poétique et linguistique : une histoire des formes est ici en jeu. Quels liens se tissent entre la poussière et le minimalisme ? la poussière et l’esthétique du fragment ? la poussière et les formes poétiques ajourées ? la poésie et l’éphémère ? et l’évanescence ? et le tâtonnement ? Quels seuils du langage sont ici explorés ?
  • Esthétique : si la poussière est un éclat de matière, est-il possible de créer à partir d’elle ? (« L’Élevage de poussière », Duchamp et Man Ray, 1920) d’écrire avec ou sur elle ? de sculpter avec elle ? Pour André du Bouchet, les statuettes de Giacometti ne sont-elles pas des « poussières sculptées »[15] ? La brisure, l’émiettement, la pulvérisation témoignent-elles d’un refus des perspectives esthétiques totalisantes et/ou englobantes ? Quelles relations se nouent entre cet imaginaire et l’art brut ? et l’arte povera ?
  • Physique et métaphysique : étudier l’état limite d’une matière qui bascule de l’être au non-être et explore les franges de l’absence, c’est ouvrir l’interrogation sur l’impalpable. À quels « lambeaux d’éternité » (E. Tellermann) la poésie donne-t-elle accès ? À rebours n’est-ce pas aussi, dans « l’espace laissé par le retrait de l’aura »[16], redonner toute leur place aux formes minimes de la matière et les préserver de toute sublimation ?

Les propositions, d’une longueur d’une demi-page, accompagnées d’une courte bio-bibliographie, sont à adresser à Cécile Brochard cecile.brochard@univ-nantes.fr et Anne Gourio anne.gourio@unicaen.fr pour le 15 janvier 2023.

Le colloque se tiendra à l’Université de Caen-Normandie les 5 et 6 octobre 2023.


[1] « Écrit sur l’écorce, la pierre, la neige. Les supports matériels du poème (période moderne et contemporaine) » : Journée d’étude en ligne, jeudi 11 mars 2021, Université de Caen. Actes publiés dans la revue Elseneur, n°36, 2021.

[2] Gaston Bachelard, Les Intuitions atomistiques. Essai de classification (1933, 1975 pour la 2nde édition augmentée), Paris, Vrin, coll. Bibliothèque des textes philosophiques, 2016, p. 40.

[3] Ibid., p. 49.

[4] Jean-Philippe Pierron, « Rites funéraires et poétique des éléments : une métaphysique de la poussière ? », Études sur la mort, 2002/1 (no 121), p. 73-83. DOI : 10.3917/eslm.121.0073. URL : https://www.cairn.info/revue-etudes-sur-la-mort-2002-1-page-73.htm (consulté le 30/06/2022)

[5] Paul Valéry, La Crise de l’esprit (1919) dans Œuvres I, édition établie et annotée par Jean Hytier, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1957, p. 988.

[6] Thomas Stearms Eliot, La terre vaine et autres poèmes, traduit de l’anglais par Pierre Leyris, Paris, Seuil, collection « Points », 1976, p. 62. Traduction : « Je te montrerai ton effroi dans une poignée de poussière ». 

[7] Jacques Derrida, Spectres de Marx, Paris, Galilée, coll. La philosophie en effet, 1993, p. 30-31.

[8] Voir « Aschenglorie » de Paul Celan, qui se termine sur ces vers : « Personne / ne témoigne pour le / témoin. », Paul Celan, Choix de poèmes réunis par l’auteur, Paris, Poésie/Gallimard, 1998, p. 263.

[9] Octavio Paz, « Poesía y modernidad », in América : Cahiers du CRICCAL, n°6, Poésie hispano-américaine contemporaine: Vicente Huidobro et Octavio Paz, 1989, p. , disponible en ligne : https://www.persee.fr/doc/ameri_0982-9237_1989_num_6_1_943 [consulté le 31/08/2022]. Traduction : « l’ancienne matière pour sa part a perdu consistance : elle est devenue […] réalité qui se dissémine sans cesse et se réunit sans fin avec elle-même. Et si la matière s’est scindée en atomes et en particules de particules, que dire de la conscience ? » (« Poésie et modernité », in Œuvres, éd. Jean-Claude Masson, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 2008, p. 1144).

[10] Jean-Pierre Richard, Onze études sur la poésie moderne, op. cit., p 103.

[11] Michel Collot, Le Chant du monde dans la poésie française contemporaine, Paris, Corti, coll. « Les Essais », 2019, p. 311.

[12] Léopold Sédar Senghor, Œuvre poétique, Paris, Éditions du Seuil, 1997, p. 42.

[13] Jacques Dupin, Ballast. Contumace, Echancré, Le grésil, Paris, Poésie/Gallimard, 2009, p. 129.

[14] Jean-Claude Mathieu, Écrire, inscrire. Images d’inscriptions, mirages d’écriture, Paris, Corti, Les Essais, 2010, p. 610.

[15] André du Bouchet et Sabine Weiss, Poussières sculptées, Fata Morgana, 1997.

[16] Jean-Claude Mathieu, Écrire, inscrire. Images d’inscriptions, mirages d’écriture, op. cit., p .614.



Citer ce billet
Collectif "Littératures autochtones", coord. Cécile Brochard (2022, 4 octobre). Appel à communication Colloque “Poétiques de la poussière, expériences des frontières” Matières poétiques. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rapr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search