Parution “Ecrit sur l’écorce, la pierre, la neige…”, revue Elseneur

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du numéro 36 de la revue Elseneur intitulé Écrit sur l’écorce, la pierre, la neige… Les supports matériels du poème (période moderne et contemporaine) et édité aux Presses universitaires de Caen.
Ce volume réunit des chercheurs en littérature française, littérature comparée et littérature hispanophone, qui entendent explorer la circulation entre les inscriptions passées dont les traces s’impriment dans la mémoire et les inscriptions proposées en relais par les poètes d’aujourd’hui.

Lire la suite

“Je m’appelle humain” : sortie du film documentaire consacré à Joséphine Bacon

« Sauvage, ça veut dire être libre entièrement », dit Joséphine Bacon. La poétesse innue incarne une génération témoin d’une époque bientôt révolue. Joséphine Bacon mène un combat contre l’oubli et la disparition d’une langue, d’une culture et de ses traditions. Sur les traces de Papakassik, le maître du caribou, Je m’appelle humain propose une incursion dans l’histoire du peuple innu – un peuple dont le nom veut dire « humain ».

Lire la suite

Neruda charpentier : les sonnets de bois, par Delphine Rumeau

Ecorce d’Araucaria columnaris (source).

Yo, con mucha humildad, hice estos sonetos de madera, les di el sonido de esta opaca y pura substancia y asi deben llegar a tus oídos.”

“Avec grande humilité moi j’ai fait ces sonnets de bois, en leur donnant le son de cette substance opaque et pure, et qu’ils atteignent ainsi tes oreilles.” Pablo Neruda, La Centaine d’amour, édition bilingue, traduction de J. Marcenac et A. Bonhomme, Gallimard, 1995.

Lire la suite

Simon Ortiz : poème, prairie, mémoire

Photo : Akufen. Musée de la civilisation.

The song could be the slope of a hill, / the prairie slant toward the center. / It could be the flute carved of sacred wood, / the song a history of exile and sorrow.

Simon Ortiz, After and Before the Lightning, “Prairie Night Song”

Lire la suite

Patrick Chamoiseau, “archéologue de l’imaginaire”

“La Trace est marque concrète : tambour, arbre, bateau, panier, un quartier, une chanson, un sentier qui s’en va… Les mémoires irradient dans la Trace, elles l’habitent d’une présence-sans-matière offerte à l’émotion. Leurs associations, Traces-mémoires, ne font pas monuments, ni ne cristallisent une mémoire unique : elles sont jeu des mémoires qui se sont emmêlées.” (Écrire en pays dominé)

Lire la suite