Neruda charpentier : les sonnets de bois, par Delphine Rumeau

Ecorce d’Araucaria columnaris (source).

Yo, con mucha humildad, hice estos sonetos de madera, les di el sonido de esta opaca y pura substancia y asi deben llegar a tus oídos.”

“Avec grande humilité moi j’ai fait ces sonnets de bois, en leur donnant le son de cette substance opaque et pure, et qu’ils atteignent ainsi tes oreilles.” Pablo Neruda, La Centaine d’amour, édition bilingue, traduction de J. Marcenac et A. Bonhomme, Gallimard, 1995.

Dans son article “Dépolir les bijoux de la tradition lyrique : les sonnets de bois de Pablo Neruda“, disponible en ligne sur le site de la revue Silène, Delphine Rumeau analyse le sens de cette singulière image du poète charpentier construite par Neruda et montre qu’il s’agit d’une clef de lecture essentielle pour comprendre non seulement les sonnets amoureux, mais aussi l’ensemble de l’œuvre du grand poète chilien.



Citer ce billet
Collectif "Littératures autochtones", coord. Cécile Brochard (2020, 10 juillet). Neruda charpentier : les sonnets de bois, par Delphine Rumeau. Matières poétiques. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rapj

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search