Simon Ortiz : poème, prairie, mémoire

Photo : Akufen. Musée de la civilisation.

The song could be the slope of a hill, / the prairie slant toward the center. / It could be the flute carved of sacred wood, / the song a history of exile and sorrow.

Simon Ortiz, After and Before the Lightning, “Prairie Night Song”

Appartenant au Pueblo Acoma, village situé à l’ouest d’Albuquerque au Nouveau-Mexique, Simon Ortiz est une des figures les plus célèbres de la poésie Native American. Dans la préface de son recueil After and Before the Lightning (The University of Arizona Press, 1994), Simon Ortiz revient sur son expérience d’écriture pendant un hiver particulièrement glacial passé dans la réserve Lakota Sioux de Rosebud, dans le Dakota du Sud. Il écrit avoir composé After and Before the Lightning comme on construirait une carte, les poèmes devenant des marques mémorielles dans l’espace et dans le temps, des traces-mémoire du paysage et du passé.

Pour lire d’autres textes de Simon Ortiz : le site Poetry Foundation.



Citer ce billet
Collectif "Littératures autochtones", coord. Cécile Brochard (2020, 3 juillet). Simon Ortiz : poème, prairie, mémoire. Matières poétiques. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rapi

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search