Les pétroglyphes Mi’kmaq dans la poésie de Rita Joe

Kluskap O’kom

I left a message to Nikmaq / In the caves of stone / My home. / The message says I go away / But will return someday / And the sun will again shine / Across the trails my people walk. / Kluskap O’kom.

Rita Joe, Lnu and Indians We’re Called, “Kluskap O’kom” (“La maison de Glooscap”)

Ce poème de Rita Joe, l’une des plus grandes figures de la poésie canadienne autochtone, transcrit la légende gravée de Glooscap, héros légendaire et divinité Mi’kmaq. Comme le célèbre Coyote des chants traditionnels amérindiens, c’est une figure de héros malicieux, rusé, fripon. La légende de Glooscap est racontée par les pétroglyphes de Kejimkujik, sur le territoire traditionnel de la Première Nation Mi’kmaq. Dans une note accompagnant son poème, Rita Joe explique que les grottes abritant les pétroglyphes de la légende de Glooscap et la maison de Glooscap sont menacées de destruction par une carrière toute proche ; le poème écrit se fait alors le lieu de la parole sacrée et de sa conservation.



Citer ce billet
Collectif "Littératures autochtones", coord. Cécile Brochard (2020, 29 juin). Les pétroglyphes Mi’kmaq dans la poésie de Rita Joe. Matières poétiques. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/raph

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search