Joséphine Bacon, poète du Nutshimit

Joséphine Bacon (2017). Par Benoit Rochon — Travail personnel, CC BY-SA 3.0.

Nutshimit, que l’on pourrait traduire en français par « à l’intérieur des terres, dans les territoires de chasse », est un terme innu qui désigne autant un espace qu’une manière de concevoir le monde : sans horizons, sans murs, sans adresse, sans trottoir, sans frontières.

C’est précisément cette manière nomade d’envisager le monde que nous donnent à sentir les trois recueils poétiques de Joséphine Bacon publiés aux éditions Mémoire d’encrier : Bâtons à message – Tshissinuatshitakana (2009), Un thé dans la toundra – Nipishapui nete mushuat (2013) et Uiesh – Quelque part (2018). Poète bilingue, Joséphine Bacon écrit en innu-aimun et en français pour que ne disparaissent pas « les mots de toundra, les courants des rivières et le calme des lacs » (Uiesh) à mesure que s’éteignent les Anciens nomades. En faisant vivre l’innu-aimun, Joséphine Bacon nous rappelle que « [s]on peuple est précieux comme un poème sans écriture » (Bâtons à message – Tshissinuatshitakana) et qu’il ne tient qu’à nous d’en partager la beauté.