Les responsables du projet

Maîtres de conférences à l’Université de Caen-Normandie, Anne Gourio et Cécile Brochard lancent en 2019 le projet « Matières poétiques », à la croisée des littératures française et étrangère.

Anne Gourio est depuis 2007 maître de conférences en poésie française du XXe siècle à l’Université de Caen-Normandie et membre du LASLAR (EA 4256, Lettres-Arts du spectacle–Langues romanes).

Sa thèse, soutenue à l’Université Paris III en 2001, porte sur l’imaginaire de la pierre dans la poésie française du XXe siècle (Chants de pierres, ELLUG, 2005). Elle forme le point de départ d’une recherche sur la matière élémentaire dans les poésies des XXe et XXIe siècles. De là, ses travaux se sont orientés vers les relations entre langage poétique et matière sensible (La Poésie, au défaut des langues, Presses Universitaires de Caen, 2012), puis vers la fascination qu’exercent les toutes premières traces de l’art sur certaines écritures modernes et contemporaines (Sur la paroi nocturne. L’art pariétal dans les littératures des XXe et XXIe siècles, PUC, 2018, co-dir. avec Marie Hartmann). Elle mène enfin des projets en collaboration avec l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (Lorand Gaspar, archives et genèse de l’œuvre, Garnier, 2017, co-dir. avec Danièle Leclair).

Cécile Brochard est maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Caen-Normandie et membre du LASLAR depuis 2019.

Ses recherches portent sur les relations entre littérature et politique au sein des espaces extra-européens contemporains. Dans le sillage de sa thèse soutenue en 2012 à l’Université de Nantes, elle a publié deux ouvrages consacrés aux romans de la dictature africains et hispano-américains (Écrire le pouvoir. Les romans du dictateur à la première personne, Champion, 2015 ; Le Roman de la dictature contemporain. Afrique – Amérique, Champion, 2018). Elle travaille actuellement sur le roman et la poésie autochtones et oriente ses recherches en direction des écrivains plurilingues. Dans ce cadre, elle s’intéresse aux poètes d’origine amérindienne et aborigène, notamment Joy Harjo (États-Unis), Oodgeroo Noonuccal (Australie) et Joséphine Bacon (Québec) qui fait le choix du retour à sa langue maternelle, l’innu-aimun. Elle explore ces pratiques poétiques autochtones contemporaines dans le projet « Matières poétiques. L’élémentaire en poésie moderne et contemporaine » lancé avec Anne Gourio en 2019.