Matières poétiques : présentation du projet

À la croisée des littératures française et étrangère, le projet « Matières poétiques » explore les modes de présence de la matière brute dans la poésie moderne et contemporaine. Il étudie l’imaginaire des éléments premiers, des supports naturels, des inscriptions réelles ou rêvées, et en analyse les implications formelles ; il aborde par ailleurs les enjeux anthropologiques de ces gestes poétiques, à la fois héritages de pratiques immémoriales (supports creusés, gravés, peints, lettres posées à même la pierre ou l’écorce) et expériences d’engagement dans le monde. À travers différentes aires géographiques et linguistiques, « Matières poétiques » entend établir une archéologie de cet imaginaire en poésie et dégager d’éventuels invariants transculturels.

Dans son article « Élargissement du poème », Marielle Macé plaide pour que soient prises en compte les « non-paroles » venant du monde sensible. Pierres, eaux, arbres, terres ont quelque chose à nous dire parce qu’ils constituent des témoins dont nous commençons, ou plutôt recommençons, à écouter les silences. Anthropologues, géographes, documentaristes endossent aujourd’hui cette mission, urgente et nécessaire, de donner à entendre les témoignages du monde matériel : traces, ensevelissements, immersions, sont autant de discours muets que la poésie, dès ses origines, s’attache à faire éprouver.

La matière semble en effet consubstantielle à la poésie. Le grand texte mythique et poétique des Indiens Lenapes, le Walam Olum, se présente comme une série de pictogrammes peints sur des morceaux de bois dur, véritable partition grâce à laquelle le chant était transmis. Les Chants pour écorce des Indiens Chippewas sont constitués de dessins tracés sur des écorces de bouleau, les pétroglyphes amérindiens et aborigènes conservent la trace des poèmes mythiques tandis que les songlines aborigènes, ces chants des pistes qui sillonnent non seulement la terre australienne mais aussi les cieux constellés, transmettent une cartographie mythique connectée au Temps du Rêve.

Pictogramme extrait du Walam Olum

On pourrait par ailleurs dérouler une histoire des formes poétiques marquée par l’influence des supports matériels. Dans l’antiquité gréco-latine déjà, les inscriptions (funéraires en particulier) rejaillissent en poésie (l’épigramme latine est à l’origine un court poème inscrit dans la pierre) ; le classicisme s’en souviendra dans l’usage qu’il fait des formes lapidaires. Le symbolisme quant à lui développe toute une rêverie sur les pierres précieuses (le vers pour Mallarmé est « une virtuelle traînée de feux sur des pierreries »), tandis que le « tombeau » devient forme poétique à part entière. Le XXe siècle introduit toutefois autour de cette question un infléchissement net : la matière brute fait une entrée massive en poésie dans les années 50 marquant, sur les ruines de la Seconde Guerre mondiale, une fascination nouvelle pour l’immémorial, mais aussi la recherche d’un sol où pouvoir reprendre pied. La pierre devient alors un support imaginaire du poème pour de nombreux auteurs.


Qu’en est-il donc de cette matière dans la poésie contemporaine ? En 2017, Renaud Ego, poète et préhistorien, publie Le Geste du regard, méditation poétique proposant une nouvelle lecture des peintures pariétales. En 2010 paraît Les Temps suspendus, ouvrage au croisement de trois regards : celui du poète, Michel Butor, du plasticien Henri Maccheroni et du préhistorien Bertrand Roussel. La poétesse autochtone innue Joséphine Bacon publie en 2009 son premier recueil, Bâtons à message, dans une filiation explicite aux tshissinuatshitakana, bâtons de bois qui servaient de points de repère, de moyens de communication aux Indiens nomades du Québec, à l’intérieur des terres. Ces expériences contemporaines semblent prolonger le geste de Christian Dotremont, qui inscrivait ses logogrammes dans les espaces immenses du Grand Nord, véritables partitions d’un poème cosmique, ou de Pablo Neruda, qui faisait de ses « sonetos de madera », sonnets de bois, la matière même d’une poésie américaine. Autant d’exemples nous invitant à penser cet imaginaire des éléments, tant dans ses formes que dans ses significations, à l’œuvre dans la poésie moderne et contemporaine.


Dès lors qu’elle intègre les matières, la poésie « dresse une scène de parole où écouter ce qui ne dit rien et pourtant signifie » : Marielle Macé jette là les bases d’une véritable éco-poétique et les prémices d’une redéfinition de la poésie. Loin, toutefois, de redoubler en pur miroir les sons naturels, la poésie attirerait plutôt la sensibilité vers un « fond de chant sauvage dans la langue » (J.-C. Pinson), ce fond qu’il s’agirait de « raviver » . Cette poésie des matières conduit alors à interroger son lien aux pratiques non textuelles, à la performance et à l’oralité, non seulement pour restituer à l’acte poétique sa dimension totale, mais aussi pour réfléchir au sens d’une poésie vivante, en interaction avec le monde. Envisager la poésie sous le prisme de ses matérialités, c’est voir en elle un geste qui l’engage pleinement dans le monde, un mouvement d’ouverture qui reste suspendu au seuil d’un échange peut-être rêvé, mais non moins nécessaire, avec ce qui nous entoure.


Le projet « Matières poétiques » se veut interdisciplinaire, dans la lignée ouverte par les travaux d’ethnopoétique (laboratoire CERILAC de l’Université de Paris), d’anthropologie, d’intermédialité (laboratoire CREATIS de l’Université de Toulouse Jean Jaurès) et des études littéraires française et comparée (en particulier les études actuelles en écopoétique postcoloniale et en géopoétique du laboratoire THALIM, Université Paris 3). Si la poésie autochtone est souvent analysée au prisme de l’ethnologie et de l’anthropologie, son intérêt poétique reste parfois, encore, à construire, y compris pour les poètes contemporains.


« Matières poétiques » invite donc à réfléchir à de multiples enjeux :

  • Qu’entend-on par matière poétique ? Des reconfigurations sont-elles imposées au genre poétique dès lors qu’il intègre des pratiques non textuelles (land art, art pariétal…) ?
  • Quels sont les supports matériels de la poésie et comment l’inspiration poétique naît-elle de la matière sensible ? Peut-on établir une archéologie de cet imaginaire de la matière brute, élémentaire ?
  • Existe-t-il un invariant transculturel sur cette question de la matière poétique ? Peut-on dégager une source matérielle, un imaginaire des matériaux, qui informeraient la création poétique ? En quoi et comment, au-delà de simples thèmes, la poésie émane-t-elle de l’élémentaire, qui est partie prenante de l’écriture ?
  • En quoi consiste ce geste poétique qui donne à sentir, à penser, les matières du monde ? Que signifie-t-il aujourd’hui ?
  • L’inscription du geste poétique dans l’élémentaire peut-il se dissocier d’une réflexion sur le choix de la langue « native », par exemple chez les poètes autochtones contemporains ?

Projet porté par Anne Gourio (littérature française, MCF) et Cécile Brochard (littérature comparée, MCF), LASLAR, Université de Caen-Normandie.


Les commentaires sont fermés.