Maya Cousineau Mollen : le territoire, support poétique de la mémoire

« Survit en moi un soubresaut / Une mémoire presque morte / Un chant fragile et cendré / Un tambour flageolant »

par Mathilde Lemallier

Dans le sillage poétique creusé par la parole de Joséphine Bacon et de Rita Mestokosho, Maya Cousineau Mollen célèbre, en creux des vers, les voix du Nutshimit, les voix du territoire innu. Son recueil Enfants du lichen, paru aux éditions Hannenorak en 2022, interroge un rapport à la mémoire et au langage effrité par les processus d’éloignement des terres ancestrales, entremêlant lyrisme engagé et mémoire organique émanant du vent, du lichen et de la rivière. Le « je » poétique lutte contre l’effacement des traces par l’inscription d’une parole à même le corps du territoire, une parole à la fois intime et collective, qui serait capable de tracer un trait d’union entre temps passé, présent et futur. Au bord du chaos, la poétesse rassemble les fragments de souvenirs éparpillés dans le territoire et reconstitue un tissu mémoriel au rythme du tambour.

Maya Cousineau Mollen, Enfants du lichen, Wendake, Éditons Hannenorak, 2022.

.



Citer ce billet
Collectif "Littératures autochtones", coord. Cécile Brochard (2023, 7 juin). Maya Cousineau Mollen : le territoire, support poétique de la mémoire. Matières poétiques. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rapu

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search